énergie-crise

Accueil > Questions énergétiques > Comprendre rapidement les questions énergétiques > Même l’utilisation la plus intelligente du photovoltaïque est inférieure au (...)

Même l’utilisation la plus intelligente du photovoltaïque est inférieure au nucléaire

dimanche 5 octobre 2014, par PH

Les antinucléaires raisonnent souvent en dehors de la réalité physique, ils rêvent de déployer des éoliennes, des lignes électriques partout. Pour le photovoltaïque, les toits devraient être recouverts de panneaux. Et puis lorsqu’on regarde les toits convenablement orientés, sans masque, la ressource est divisée par dix.

Les surfaces de parc de stationnement offre un gisement intéressant, c’est pourquoi les projets d’ombrières solaires se multiplient.

En fait ces ombrières ne produiront pas suffisamment d’électricité en hiver et les voitures qui voudraient s’y charger autant qu’en demi saison, devront utiliser autant de courant nucléaire, que de courant photovoltaïque.

Examinons la situation en demi-saison et en été. En été l’ombrière produira trop de courant qui devra aller sur le réseau dans les chauffe-eau à résistance, par exemple. Pendant 9 mois de l’année, chaque place est associée à un panneau de 2 à 3 kWc qui produit moins de 10 kWh utiles par jour. L’investissement est de l’ordre de 10 000 €. Même si le panneau est placé un peu plus loin sur un toit, l’investissement semble incompressible, il faut payer la pose , l’onduleur, et le coût du module qui tend vers un plancher. On peut estimer que cette charge méridienne permet d’économiser la moitié de la capacité de la batterie, ainsi au lieu d’être équipée d’une batterie de 20 kWh, la voiture serait équipée d’une batterie de 10 kWh. On économiserait alors 3000 €. L’investissement net pour une vingtaine d’année serait donc de 7000 € pour produire 10 kWh par jour et seulement la moitié en hiver.

Pour produire la même quantité d’électricité, en six heures avec autant de masse de matière, issue du sol et moins de CO2, il faut 1,5 kW d’EPR et quelques câbles en aluminium pour les lignes haute-tension, soit un investissement d’un peu moins de 7000 €. Comme l’EPR sert 18 heures par jour en participant aux pointes électriques du matin et du soir, en rechargeant la voiture pendant la nuit ; l’investissement pour charger la voiture, n’est que le tiers de l’investissement total soit 2500 € : Un nouvel EPR est donc déjà rentabilisé par la diminution de la capacité de batterie qu’il permet.

Conclusion

Même l’utilisation la plus intelligente du photovoltaïque représente un surcoût d’au moins 7000 € par véhicule par rapport au nucléaire. Un surcoût impossible à assumer dans la crise économique que nous connaissons.

Tout procédé de stockage de l’électricité utilisé pour le photovoltaïque ou l’éolien rendra encore plus performant le nucléaire.

L’éolovoltaïque ne rattrapera jamais le nucléaire dans un pays à notre latitude.

L’EPR , c’est génial !

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?