énergie-crise

Accueil > Questions économiques > L’éclatement de l’euro et sa transformation en monnaie commune devient (...)

L’éclatement de l’euro et sa transformation en monnaie commune devient possible

70ème anniversaire de la déclaration Schuman

samedi 9 mai 2020, par PH

L’euro n’est pas une monnaie unique, si elle l’était, il n’y aurait pas des banques centrales nationales associées à des gouvernements qui empruntent à des taux d’intérêt différents. L’euro correspond au gel des taux de change entre les monnaies nationales.

Il n’y a pas d’intégration économique, mais une concentration de l’activité industrielle dans les pays du centre le l’Europe, qui bénéficient d’une monnaie sous-évaluée. Les pays de l’Europe latine voient, eux leurs activités diminuer, leurs déficits se creuser et sont contraints d’emprunter aux pays de l’Europe du nord. La matérialisation de cette situation se manifeste par la diffusion des voitures de haut de gamme allemandes. Les Allemands font crédit pour qu’on achètent leurs produits. Ainsi la France par sa monnaie surévaluée a perdu 4/10ème de son industrie depuis 2000. On se demande bien à quoi on servit depuis 20 ans les conseils des ministres semestriels franco-allemands pour arriver à de tels déséquilibres.

Avant de crier Europe, Europe, Europe !, il faudrait savoir si la puissance dominante veut aller plus loin, dans cette voie, c’est à dire financer des investissements dans l’Europe du Sud. Et la réponse est non, même symboliquement l’Allemagne est plus attachée à la relation transatlantique qu’à la prétendue amitié franco-allemande. Et l’Allemagne est de moins en moins encline à prêter de la monnaie. C’est un mouvement lent, qui a commencé par l’idée de réclamer d’engager des actifs en contrepartie des prêts [1] , puis la création du parti Alternative für Deutschland, en passant le refus de la mutualisation des dettes issues de la crise du virus couronne, jusqu’à la récente déclaration de la Cour constitutionnelle allemande qui menace d’interdire à la Bundesbank d’appliquer la politique de la BCE.

Quelle pourrait être la forme d’une monnaie commune ? Le schéma en a été donné par l’ingénieur et économiste Frédéric Lordon dès 2013, avant que l’idée non maîtrisée eût été présentée en catastrophe à la fin de la campagne présidentielle de 2017. Une monnaie euro-nationale aurait cours sur le territoire de chaque état, par exemple l’euro-franc aurait cours seulement France et ne pourrait être échangé seulement en euro. L’euro qui servirait alors aux échanges internationaux est défini par les marchés financiers comme aujourd’hui. Les parités entre les euros locaux peuvent, elles, être corrigées par la banque centrale européenne en fonction des taux d’inflation et de la productivité. On évite ainsi la spéculation à court terme.

Lorsque l’euro est apparu, on présentait des pièces de monnaies. Aujourd’hui le paiement sans contact remplace les pièces et les virements à partir d’un téléphone peuvent remplacer les chèques. Il est donc très facile, d’abandonner une fausse monnaie unique pour une vraie monnaie commune. Reste à savoir quand l’euro fausse monnaie unique disparaîtra.


Voir en ligne : L’Allemagne pourrait finir par pousser l’Italie hors de la zone euro


Le rappel des problèmes que cause la stabilité des taux de change :
https://www.youtube.com/watch?v=lWbsWPYyCvQ

La vision du chômage de masse par les partisans de la pseudo monnaie unique : Dis, quand traverseras-tu ?
https://www.youtube.com/watch?v=aUfQC9iZlcE


[1rechercher le terme Target2