énergie-crise

Accueil > Questions économiques > Comment va augmenter le prix de l’électricité et pourquoi

Comment va augmenter le prix de l’électricité et pourquoi

lundi 20 août 2012, par PH

Sortir de la pensée formatée

L’étude du marché de l’électricité à l’échelle nationale permet de connaître l’évolution du prix de détail. Il suffit seulement de rassembler quelques chiffres. Malheureusement, il semble que personne ne l’ait fait : une grande partie de la Presse et des Medias se sont révélés incapables d’informer correctement la population sur les enjeux financiers de l’énergie. On se contente de répéter qu’il faudra investir des fortes sommes dans le parc nucléaire et que les les énergies dites renouvelables sont gratuites. Ce qui une manipulation de l’opinion puisue économiquement le nucléaire est l’énergie durable la moins chère, car il vaut produire de l’électricité à la demande à partir d’un peu d’uranium et d’acier que subir des productions électriques fatales obtenues à partir de beaucoup d’acier ou de silice.

Un changement d’échelle

À l’échelle nationale, l’unité électrique est le térawattheure TWh [1], c’est à dire le milliard de kWh : des dizaines de millions de foyers et d’entreprises qui consomment des dizaines milliers de kWh donnent des centaines de térawattheures. L’échelle économique sera le milliard d’euros, en effet des dizaines de millions de factures de l’ordre du millier d’euros, nous donnent des milliards d’euros (ou gigaeuros G€).

Production, transport et taxes.

Le prix d’électricité se décompose en plusieurs parties : le coût de production, le coût de transport : TURPE [2], la CSPE [3] qui doit financer normalement le surcoût de de l’éolien et du photovoltaïque. Sur une facture le coût de production et le TURPE, ne sont pas détaillés, mais la CSPE apparaît clairement. Il y a enfin la TVA et des taxes locales, qui évoluent proportionnellement aux coût hors taxes que nous manipulons.

Le marché de l’électricité en France représente un montant de l’ordre de 35 G€

Compte-tenu des exportations, la consommation électrique intérieure en 2011 peut se décomposer comme suit :

341TWh d’origine nucléaire
41 TWh d’origine fossile et la même quantité d’origine hydraulique
un peu moins de 10 TWh d’origine éolienne
1,6 TWh de photovoltaïque
un peu moins de 5 TWh des autres sources (combustion d’ordures ménagères, cogénération, biomasse)

Le coût d’exploitation du parc nucléaire est de 13,5 G€, [4]puisque 10% de la production électrique est exportée, il faut prendre en compte seulement la part attribuée à la consommation interne : 12 G€.

La coût de la production hydraulique peut-être évalué à 1,4 G€
Celui de la production thermique à 2 G€
La production éolienne à 0,8 G€ et celui de la production PV à 1 G€

Le coût de production total est donc de l’ordre de 17.2 G€
à ce coût de production, il faut ajouter le coût de transport qui sert à financer le réseau haute-tension (4 G€ pour RTE) et le réseau aval (12 G€ pour ERDF)

Il faut remarquer d’une part, que le courant éolien et photovoltaïque sont racheté plusieurs fois leur prix de revente au réseau et que d’autre part,
EDF , ERDF et RTE ne perçoivent pas une rémunération de 7,8% sur le capital investi. Selon la Cour des comptes, la rémunération du capital sur le parc de centrales nucléaires devrait être de 8G€. Le capital immobilisé sur pour le réseau est de l’ordre de 40 à 50 G€ [5] réclamerait 3 à 4 G€. Cette baisse de rémunération finance un coût bas de l’électricité pour les citoyens et le déploiement de l’éolien et du PV. Il y a donc plusieurs bénéficiaires du programme nucléaire : les particuliers et les entreprises françaises, ce qui est normal pour un investissement public et ce qui est scandaleuxl, les producteurs étrangers d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques.

Après avoir baissé en monnaie constante. l’électricité va augmenter plus vite que l’inflation : parce qu’il faut entretenir les centrales ce qui est compréhensiblle pour un investissement sur 60 ans. Ceci correspond à un coût supplémentaire de 2,2 G€/an, EDF a annoncé que les investissements passeraient de 1,5 G€ par an à 3,7 G€, ce qui en 25 ans redonne les 50 à 60 G€. Pour 40 à 50 G€, il faut changer des générateurs de vapeur, éventuellement des turbines. Les travaux post-Fukushima (10 G€) ne représentent que 20 à 25% de cette somme. Ils consistent à consolider quelques radiers, aménager des PC de crises. Ce genre d’investissement est le plus rentable. Si on ajoute une éventuelle augmentation des frais de démantèlement de 1 G€ : le prix hors taxe de l’électricité peut augmenter de 2/35 à 3/35, c’est à dire de 6 à 9% hors inflation.

Pour l’instant les surcoût de rachat éolien et photovoltaïque sont du même ordre de grandeur : mais en 2020 les surcoût atteindront 5,5 G€ soit 16%

Cerise sur le gâteau : l’augmentation des coûts de transport. pour le PV et l’éolien

L’éolien et le photovoltaïque nécessitent des raccordements coûteux parce qu’il faut adapter les réseaux à leur production maximale qui est très supérieure à leur production moyenne.

Les coûts de raccordement peut être estimé à un investissement de 4 G€. Etalée sur 7 ans, cela représente donc une somme de 0,5 G€.

Donc en résumé :
+6 G€/an pour l’éolien et le photovoltaïque
+2,2 à 3,2 G€/an pour le nucléaire.

C’est pourquoi d’ici 2020, les prix de l’électricité devrait augmenter de 23 à 26% hors inflation et cette augmentation sera majoritairement due à l’introduction de l’éolien et du photovoltaïque.

En tenant compte de l’inflation le prix courant du kWh au particulier pourrait atteindre 18 c€/kWh en 2020. Mais comme il est très probable que nous soyons en crise énergétique d’ici là, à cause du plafonnement de la production pétrolière, le prix de l’électricité peut augmenter beaucoup plus pendant l’hiver pour dissuader les utilisateurs de chauffage gaz et fioul de basculer sur l’électricité. On s’apercevra alors que le nucléaire aurait dû financer l’isolation plutôt que la gabegie d’un programme éolien et photovoltaïque excessif.


Cet article a anticipé de six mois, la déclaration de la Commision de régulation de l’énergie sur le même sujet : http://www.energie-crise.fr/spip.php?article131


[1il s’agit d’une valeur annuelle

[2tarif d’utilisation du réseau public d’électricité

[3contribution au service social de l’électricité

[4le détail peut être consulté ici

[512 pour les actifs nets de RTE et 41 pour le capital corporel de ERDF

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?