énergie-crise

Accueil > Questions énergétiques > Combat pour Fessenheim > La lettre reçue par Jean-Bernard Lévy, président d’EDF

La lettre reçue par Jean-Bernard Lévy, président d’EDF

jeudi 19 mars 2020, par PH

Lettre d’un actionnaire qui aime EDF

Au Président Jean-Bernard Lévy,

Monsieur le Président,

Dans votre adresse aux personnels d’EDF qui, écoutant leur honneur et leur sens des responsabilités, assurent leur mission dans les difficultés de la conjoncture actuelle, vous avez su trouver le ton juste, et je vous en remercie, notamment quand vous dites :

«  …Il s’agit de prendre toutes les mesures au sein de l’entreprise pour assurer la protection des femmes et des hommes, mais également pour préserver la continuité de nos missions essentielles à la vie de la Nation. Nous sommes reconnus comme une des entreprises indispensables au bon fonctionnement du pays et de son économie. Et nous répondons présent aux attentes du gouvernement français et de nos concitoyens. …

…Ensemble, mettons tout en œuvre pour assurer la bonne continuité de l‘activité de l’entreprise et pour exercer nos missions de service public…. »

Il est clair que c’est à EDF, et non à ses concurrents, encore moins aux mécanismes du marché, que le pays et son gouvernement font appel pour fournir aujourd’hui en toute sécurité un bien essentiel pour la vie des Français souvent confinés chez eux, ainsi qu’au système de santé dont le bon fonctionnement dépend de la sécurité électrique. Comme cela a toujours été le cas en période d’épreuve, les électriciens d’EDF se mobilisent au service de la nation.

Ces derniers jours, témoignant devant la commission présidée par le député Raphaël Schellenberger, votre représentant, le directeur de la centrale de Fessenheim, disait qu’EDF respectait la loi. En effet une loi prise dans l’inconscience l’avait obligé à notifier le cœur serré à ses agents que l’outil qui leur avait été confié, et qu’ils avaient maintenu en parfait état de marche devait s’arrêter, non pas ce qu’il était devenu obsolescent, ou qu’ils n’avaient plus de client, mais pour pure raison politique.

Monsieur le Président, dans les débats récents portant sur la transition énergétique, nous savons que vous vous êtes engagé afin que les solutions de raison utilisant les potentiels d’EDF soient retenues.

Dans les circonstances graves que connait le pays, il vous appartient aujourd’hui, au nom de la communauté des travailleurs d’EDF et de vos actionnaires fidèles, de vous adresser tant à l’opinion qu’au Président de la République et au gouvernement : il n’est pas possible de faire appel à EDF pour assurer ce que vous qualifiez bien de service public et, en même temps, de laisser sortir sans commentaires un décret PPE annonçant la casse de son outil de production, ainsi que celle du moral et de la motivation de ses salariés.

En effet, sans aucune justification économique ou écologique, ce projet de décret PPE obligerait EDF à fermer par anticipation 14 réacteurs, moyens incontournables de notre sécurité électrique.

Or c’est bien le mix complet d’outils de production construit en associant le nucléaire pilotable avec les potentialités de l’hydraulique et les quelques moyens encore dépendant des fossiles assurant les pointes, qu’EDF est en mesure d’assurer ses responsabilités. Plutôt que d’écouter les constructions théoriques prétendants mieux savoir que les professionnels les fondamentaux d’une sécurité électrique, le gouvernement devrait faire confiance aux compétences d’EDF afin d’assurer la solidité de notre système électrique qui suscite encore l’admiration du monde entier.

Les Français et les pouvoir publics ont droit à la vérité : une transition écologique fiable ne passera pas par la désindustrialisation d’EDF.

Veuillez croire, Monsieur le Président, à la confiance d’un actionnaire espérant de votre part un message à la hauteur des circonstances.

Jacques Peter