Accueil > Questions énergétiques > Désinformation manifeste > Comment on a enterré l’affaire des trains du nucléaire

Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est ...

Comment on a enterré l’affaire des trains du nucléaire

Les rendez-vous du Médiateur , 1er décembre 2011

dimanche 9 septembre 2012, par PH

Nous revenons à une émission Les rendez-vous du Médiateur du 1er décembre 2011 suite à notre réaction au reportage du journal des Matins de France Culture du 24 novembre 2011.

Nous avons perdu notre pari : le médiateur de Radio France a bien voulu répondre aux protestations de énergie-gouv.fr et d’autres auditeurs. Mais la défense de la radio repose sur de nouvelles inexactitudes.On a une sorte de réaction en chaîne : la réfutation d’un mensonge engendrant plusieurs nouveaux mensonges.

Michel Alberganti a bien confirmé ce que nous avions écrit : les doses de radiations émises par les colis étaient sans danger, mais il ne reconnait aucune faute.La radio s’appuie sur le fait que le sujet traitait de rassemblements antinucléaires et donc que l’on allait nécessairement interroger des antinucléaires comme lorsqu’on va dans un congrès du parti socialiste, on ne rencontre que des socialistes. Or cet argument ne tient pas car les sujets de la rédaction a été présenté comme : les trains du nucléaire et non comme les manifestions antinucléaires autour des convois de déchets. D’autre part, Omar Ouamane a avalisé l’opinion des antinucléaires, pour bien illustrer ce fait, il suffit de changer une petite variable dans la défense de France-Culture : les journalistes qui vont à un congrès du Front National reprennent-ils les thèses de ce parti ?

Le second argument de Radio France consiste à arguer de l’opacité de l’industrie nucléaire. Selon nous, cette opinion provient plutôt de l’incapacité des journalistes à comprendre des notions de physique simple et à manipuler les ordres de grandeur. Ils ne font pas confiance à ceux qu’ils ne comprennent pas et ils vont donc chercher des références dans le mouvement antinucléaire.

Preuve de ceci : le médiateur fait référence à l’Affaire Pellerin, or il n’y a pas d’affaire Pellerin, sur le fond le professeur Pellerin a gagné tous ces procès, il suffit de se rendre sur sa page wikipedia pour le constater. Le médiateur doit donc préciser sa pensée : pense-t-il que le procureur et le juge n’ont pas agi honnêtement dans le non lieu rendu le 7 septembre 2011 ? Dans ce cas, il doit l’affirmer clairement, au risque d’être soumis à une plainte en diffamation.

Michel Alberganti a enchaîné en justifiant la création d’entités indépendantes comme la CRIIRAD Or si la CRIIRAD affiche une indépendance totale avec le mouvement antinucléaire, on ne peut pas dire qu’il lui est étranger : la présidente de la CRIIRAD de 1986 à 1995 fut l’antinucléaire farouche Michèle Rivasi. De plus, la CRIIRAD s’est ridiculisé dès octobre 1990, en essayant de faire croire que Superphénix rejetait du plutonium. Comment peut-on promouvoir cette association sur une radio du service public ? Alberganti continuera a mentir en affirmant que l’on peut se faire aucune idée du coût du démantèlement alors que nous avons montré ici par l’expérience de démantèlement de centrales américaines ou à partir de l’extrapolation du démantèlement de réacteur de recherche, qu’il était possible d’avoir un ordre de grandeur réaliste. Le problème pour Michel Alberganti est probablement de ne pas savoir ramener les sommes en jeu à un prélèvement minime au kWh.

Alors que le Médiateur avait parlé de dialogue avec les auditeurs, Omar Ouamane ne s’est pas excusé, il n’a pas lu ou compris nos explications et a continué à crier au danger devant son collègue qui l’a contredit peu après.

Il y a bien une censure car de nombreux physiciens seraient prêts à expliquer et à débattre. Si on ne peut pas avoir de débats, c’est parce que le journalistes ne leur donnent jamais la parole et avalisent les mensonges du discours antinucléaires, comme le montre cette émission.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?