Accueil > Questions énergétiques > Désinformation manifeste > Lire le Journal Le Monde peut nous coûter très cher

Lire le Journal Le Monde peut nous coûter très cher

samedi 26 novembre 2011, par PH

L’article Sortir ou rester dans le nucléaire coûtera cher prend place parmi une série d’articles qui vise à avaliser l’idée selon laquelle baisser la part du nucléaire pendant une période de crises d’approvisionnement en hydrocarbures et de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, serait facile.

Un autre titre fait par exemple référence à « des filières renouvelables prêtes à décoller et créer des emplois ». Propos en dehors de la réalité puisque que le photovoltaïque et l’éolien sont dominés par des constructeurs étrangers et que les règles de la concurrence et notre dette, nous interdisent« les politiques volontaristes » appelées par l’auteur, qui visiblement ignore que créer des emplois en augmentant le prix de l’électricité détruit des emplois ailleurs ...

Il faut aussi distiller le doute sur les chiffres avancés par les électriciens, les évaluations seraient faites « au doigt mouillé » et les chiffres seraient « invérifiables » ; alors qu’il est fait aussi référence à Benjamin Dessus et au scénario négaWatt sur lequel le journal Le Monde n’a émis aucun doute sur sa validité alors qu’il était déjà démonté ici et ailleurs.

Pour réaliser une étude économique, on met donc en parallèle l’étude de L’Union Française de l’Électricité et négaWatt, qui comme l’on avoué ses auteurs mêmes ... n’est pas chiffrée économiquement !

Il fallait aller au cœur de l’information

Pour justifier le titre de son article, l’auteur fait référence à la comparaison différents scénarios de L’UFE :« une hausse [des prix] de 33% entre 2010 et 2030 pour son scénario de stabilisation du nucléaire et de 50% si la part du nucléaire tombait à 50% ». Mais, si la journaliste s’était intéressé au calcul de ces chiffres, elle aurait d’abord remarqué que le scéanario à 50% a été obtenu avec un prix du gaz presque constant, peu crédible en 2030 ; tandis que les investissements de production qui participent aux 33% de hausses dans le scénario de 70% son dus en grande partie à l’éolien et au photovoltaïque prévus par le Grenelle. Pour faire penser que cette augmentation provient de l’usure des centrales, un titre intermédiaire, indique que « la visite décennale du réacteur 2 de la centrale de Fessenheim pourrait coûter plus de 200 millions d’ euros », somme qui peut paraître importante pour un lecteur, mais qui est courante dans un milieu industriel à cette échelle : il s’agit ici e changer trois générateurs de vapeur(sur quatre).

En effet, 200 millions d’ euros pour 900 MW, ce n’est que 0,22 euro par Watt lorsqu’on sait que le moins cher du dit renouvelable comme une éolienne terrestre qui fonctionne même pas un quart du temps est à plus d’un euro le watt. On comprend la supercherie.

Le Monde se contredit lui même et contredit Négawatt sans s’en rendre compte.

Comme on pourra le lire sur ce site et dans les commentaires, négaWatt a cité la somme de 60 milliards d’ euros pour les travaux post Fukushima , alors que dans son article pour alourdir la facture, Le Monde n’ hésite pas à évoquer une somme qui pourrait atteindre 100 millions d’ euros par réacteur. Pour 58 réacteurs, on conviendra que l’addition est bien plus légère.

Le Monde se contredit aussi lui même car si les investissements pour maintenir le parc en état ne sont au total que de 300 millions d’ euros pour chacun de nos 58 réacteurs et de 6 milliards d’ euros pour l’EPR, cette somme est une faible partie des 322 milliards d’ euros qu’il est compare au 382 milliards d’ euros du scénarios à 50 % .

L’information juste aurait été que 322 milliards d’ euros était la somme nécessaire pour ne pas augmenter le parc nucléaire et 382 milliards d’euros la somme nécessaire pour le réduire à 50%. Augmenter le parc nucléaire coûterait encore moins cher et permettrait d’aider l’Allemagne qui a les mêmes pointes éoliennes que nous.

Enfin Le Monde se rend pas compte que démanteler les réacteurs plus tôt conduit à réduire la valeur des sommes provisionnées ...

Après un tel article, on se demande comment ce journal peut encore donner des leçons de politique économique.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?