Accueil > Questions énergétiques > Accident de Fukushima > THE RIGHT STUFF

THE RIGHT STUFF

Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

mercredi 16 mars 2011, par PH

On peut être affligé par le spectacle médiatique pendant l’accident de Fukushima : l’incapacité à rendre compte des événements, le catastrophisme des journalistes et surtout le caractère résigné de certains.

Ce n’est pas une attitude digne, nous, Européens avons été élevés pour surmonter les défis, c’est dans l’adversité que nous nous révélons.

Restituons les faits avec quelques ordres de grandeurs. À Fukushima, il n’y a plus de réaction nucléaire, seulement des combustibles en fin de cycle ou déchargés à conserver. Un total de radiations de l’ordre de 10 puissance 18 Becquerels et une toxicité de 10 puissance -8 Sievert par Becquerel en cas d’ingestion ou d’inhalation , le défi est de ne pas faire subir plus de 0,1 Sievert par habitant.

La peur du nucléaire est avant tout une question psychologique : l’accident de Fukushima fera beaucoup moins de victimes que d’autres industries. Combien de métallos meurent chaque année pour que nous puissions rouler confortablement en voiture ?

La résignation est compréhensible pour les Japonais épuisés par la catastrophe naturelle ; pour nous le problème est simple : l’Océan a proximité qui peut fournir de l’eau pour refroidir les crayons et diluer les radioéléments. Des zones de largages de matériel. Jusqu’à présent l’eau était apporté en ... camion pompe.

Comment fait-on pour rétablir la situation ? Cette question n’est jamais posée dans les médias, pourtant un précédent historique existe : la réhabilitation de Tchernobyl : même si les rejets ont eu lieu autour, il fallait décontaminer le site : car chacun pourra vérifier que les trois autres réacteurs ont fonctionné encore 17 ans après l’accident d’avril 1986.

Pratiquement : on utilise un char blindé par du plomb et muni d’une tractopelle, d’ailleurs les engins blindés du génie sont déjà conçus pour travailler en ambiance NBC :
On peut utiliser des grues avec un habitacle blindé et une alimentation autonome en oxygène. L’étanchéité de l’habitacle et des combinaisons est fondamentale pour se protéger de l’inhalation de poussières radioactives, au milieu des années quatre-vingt, à la fin de la Guerre froide, le général Copel proposait comme première protection en cas d’attaque nucléaire, la distribution généralisée de masques à gaz à la population. S’il faut blinder entièrement pour se protéger des forts rayonnements, les véhicules aveugles peuvent être guidés par des drones ou des ballons munis de caméras protégées par du verre plombé. Le travail sous fort rayonnements se rapproche de celui des cosmonautes : se protéger des radiations cosmiques en autonomie en oxygène sans barrière de plomb, on sait déjà le faire : [1].

D’abord, à l’aide des chars, on crée des bassins de rétentions pour récupérer l’eau qui arrose les crayons de combustible usé. Si les aspersions sont trop faibles, on emploie des lâchers d’eau d’avions.

Une fois la situation stabilisée. On place des conteneurs de transport de combustible dans lequel on ramasse les crayons à l’aide de la grue ou de robots. Tout cela est économiquement et techniquement possible : comme le fait remarquer Robert Hargraves dans ces exposés sur le thorium et la crise énergétique : avant d’aller sur Mars, faisons un petit tour par la Terre.

Parmi les équipes d’ingénieurs EDF qui doivent partir au Japon, il y en a sûrement une qui monte des plans comparables, elle a The Right Stuff

There was a demon that lived in the air

They said who ever challenged him would die

(...)

There was a barrier : 400mSv an hour

They called it the radiation barrier ...


Voir en ligne : The Right Stuff


[1Svetlana Savitskaya le 24 juillet 1984

Messages

  • Vous ne nous aviez pas habitué à un commentaire aussi creux et sans arguments monsieur PH !!

    Etes vous a bout d’arguments ? ou bien tetanisé par la realité ?

    J’aurais aimé plus d’info sur ce site d’experts donneurs de leçons.

    bien a vous
    Ian

    • « Tétanisé par la réalité » ?
      Je pense que vous n’avez pas lu mon commentaire du 11 mars, qui aurait osé l’écrire alors ? Les inquiets, les pleureurs qui passaient dans les médias ? Je l’ai un temps regretté ; mais en fin de compte, j’avais raison, aussi critiquable que soient les réacteurs à eau bouillante de General Electric , les enceintes des réacteurs ont tenu et la population n’a subi aucun dommage sanitaire. Et ceci alors que la centrale était sans eau douce et alimentation électrique..

      Fukushima est bien une épreuve que l’industrie nucléaire a passé, elle en est ressortie plus forte. Pouvez-vous nier que la sûreté des réacteurs augmentera encore après Fukushima ?

      Il n’ y a pas de « s » à « expert », il n’y a même pas « d’expert » , la « seule leçon » que l’on donne, c’est de faire jouer son esprit critique et de calculer les ordres de grandeur soi-même.

    • PH a écrit peut-être un commentaire creux : en tout cas, il a devancé l’AFP de trois jours :

      Source AFP

      Plus de 100 tonnes de matériel, dont des robots d’intervention sur des accidents nucléaires, vont quitter l’aéroport de Châteauroux (Indre) dimanche à destination du Japon, a-t-on appris, vendredi, auprès de la centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire). Deux robots chenillés destinés à une intervention à l’intérieur de la centrale de Fukushima, un robot extérieur ainsi qu’un camion-benne, un bulldozer et une pelleteuse seront chargés samedi à bord d’un avion-cargo Antonov, a expliqué Michel Chevallier, directeur du groupe Intra.

      Ce groupe, fruit d’une coopération entre EDF, le Commissariat à l’énergie atomique et le groupe Areva, vise à développer des moyens robotiques d’intervention en cas d’accident dans des centrales nucléaires. Cette structure créée en 1988 est hébergée par la centrale nucléaire de Chinon. Les robots développés par Intra sont équipés de chenilles, de caméras vidéo, d’équipements de mesure radiologique et d’un bras manipulateur. Ils sont soit télécommandés (robots extérieurs) soit filoguidés (intérieur).

      Mobilisé à la demande du gouvernement français, ce matériel commencera à être chargé à bord d’un Antonov samedi, avec un décollage prévu vers le Japon dimanche, a ajouté Michel Chevallier. Le directeur d’Intra a indiqué qu’il ignorait comment seraient utilisés précisément ces robots par les Japonais au sein ou autour de la centrale de Fukushima, gravement endommagée par le séisme et le tsunami dévastateurs qui ont frappé le Japon.

    • Tout ça pour une "apocalypse" nucléaire (dixit le commissaire européen à l’énergie) qui a causé ZERO mort, zéro victime d’irradiation dangereuse pour la santé, zéro effet sur l’environnement, zéro dégât matériel ou humain civil. Pendant que le barrage de Fukushima, qui produit une énergie soit-disant propre et renouvelable, à quelques dizaines de km de la centrale s’est rompu dès les premières secousses et a dévasté des dizaines de milliers d’habitation avec ce qu’on peut imaginer comme nombre effroyable de victimes, sans que ne fasse plus d’une ligne dans les journaux.

      Décidément, cette hystérie occidentale est pathétique. La stupidité obscurantiste des médias et du gouvernement me donnent la nausée.

    • Mini Tax, je suis comme vous écoeuré par l’hystérie médiatique.
      Mais ne tombez pas dans la même chose à propos des barrages : à ma connaissance, l’accident du barrage a fait 8 morts et n’a pas détruit d’habitations : elles avaient déjà été rasées par le tremblement de terre.

      Si vous avez d’autres infos, merci de me donner la source !

    • I didnÂ’t know where to find this info then kbaoom it was here.

    • I tuohhgt finding this would be so arduous but itÂ’s a breeze !

    • Yup, that’ll do it. You have my appriecation.

  • Je préfère de loin le catastrophisme des journalistes au silence assourdissant des gouvernements concernant ces accidents nucléaires au Japon. robot piscine

    • Il n’y a pas de silence du gouvernement : l’ASN et L’IRSN ne cessent de communiquer. Eric Besson et NKM sont largement intervenus dans les médias, etc...

      C’est plutôt vous, qui vous vous bouchez les oreilles.

    • Habitante de Tokyo, j’aimerais que le gouvernement ait une position claire concernent la catastrophe nucleaire, et assume ses positions, quite a s’excuser ensuite - aupres de nous aussi !

      Des le 13 mars l’ambassade poussait au depart si nous n’avions pas de raison de rester : Maintenant vous publiez un article intitule "courage fuyons", et l’ambassade d’intervenir dans le journal japonais Nikkei pour s’excuser du comportement des francais, individualistes et laches.
      Vous suggerez que Fukushima n’a jamais ete un probleme grave et dans le meme temps, les recommandations de l’IRSN a Tokyo (soit a 250km) sont, qu’aucun nuage radioactif devrait nous inquieter quel la qualite de l’air et de l’eau sont meilleures qu’en France mais : d’ eviter legumes issus de 5 departements irradies, de se proteger des flaques d’eau, d’eviter pour le moment d’emmener les enfants au parc, (message de l’IRNS lors d’une reunion a l’ecole de Tokyo), et ne pas s’aventurer dans les departements avoisinant la centrale !

      - Oui les journalistes ont ete pour la plupart lamentables. Autant la BBC, que CNN mais le pire viens de nos journalistes Francais tetanises par une peur irrationnelle depuis Osaka ou tout allait pourtant tres bien... Pas le moindre degat, rayonnement nocif, rationnement d’essence. J’y etais !
      Et pourtant, ces memes journalistes, pourtant decries, ont ete ensuite invites par L’ambassade de France pour observer la rentree des classes de nos petits. Pour comprendre comment la rentree allait se derouler. Les parents, eux, sont restes dehors et ont pu regarder le journal televise Francais ! Nous avons attendus 15 jours avant qu’une reunion soit organisee pour nous, avec des experts de l’IRSN.

      Non, absolument personne ne savait ce qui allait se passer entre le 13 et le 30. Ni le gouvernement, ni les experts, ni les journalistes, ni les habitants de Fukushima, ni meme Tepco. Et la terre tremble toujours et pourrait laisser presager de nouveaux desastres.

      Je ne suis pas antinucléaire, je suis juste une habitante de Tokyo qui a 3 enfants. J’ai besoin de donnees factuelles sur la situation nucleaire, meme si elle doit changer au jour le jours.
      Comme nous n’avons aucune info, je cherche... entre les scoops sensationnels creux, les articles alarmistes antinucléaires stupides, et vos posts sarcastiques parsemes de verites révisionnistes.

      Une chose est certaine, l’industrie nucleaire a revele que j’etais "sans le noir complet"

    • Chère Madame,

      Malheureusement la radioprotection n’est pas enseignée et vous pouvez entendre n’importe quoi. C’est pourquoi ce site indépendant fait appel à des chiffres incontestables.

      Si vous le souhaitez, je vous ferais parvenir le JO de radioprotection de l’union européenne.

      L’Académie de Médecine et l’Académie des sciences ne détectent aucun effet sanitaire en dessous de 0,1 Sv (100 mSv). La zone de risque commence après. La réglementation est cent fois plus draconienne (1 mSv)

      D’autre part par ingestion ou par inhalation avec les éléments les plus radiotoxiques, il faut au moins 10 000 becquerels pour arriver au millisievert (1 mSv).

      Les doses que l’on peut absorber sont clairement indiquées ici.

      http://mextrad.blob.core.windows.net/page/13_Tokyo_en.html

      Je pense que vous n’avez pas fait la synthèse de mes textes et des recommandations de l’IRSN que vous avez reçues localement ; la voici : c’est en maîtrisant des bases de radioprotection et en ne cédant pas à la panique, que Fukushima restera un accident.

    • Furraelz ? That’s marvelously good to know.

    • My hat is off to your austte command over this topic—bravo !

  • Quoi qu’on dise la peur du nucléaire est réelle, on a vu un central exploser. On raconte le risque d’assèchement du réservoir de stockage des combustibles usés. C’est la communication sur l’évolution de cet évènement qui doit être améliorée pour éviter cette psychose. pompe piscine

    • L’explosion était une explosion chimique de dihydrogène, la concentration en uranium n’est pas suffisante dans un réacteur pour obtenir une explosion atomique.

      Si les piscines s’assèchent, on a un une sorte magma radioactif au fond, les gaz nobles comme le xénon 133 ont déjà disparu dans les combustibles usés. De toutes façons, ils ne sont pas excessivement radiotoxiques. Il n’y aurait pas de dispersion aussi importante de radioactivité comme à Tchernobyl : à Tchernobyl, c’est la combustion des barres de graphite qui a entrîné le poussières radioactives dans l’atmosphère.

  • Hourra pour ce lien comme d’habitude vraiment accueillant

    pneu 8

    Le pneu pas cher paiement en 3 fois mais aussi pneus discount allemagne

    brader pneus} somme premier pneu pas cher montage pneus discount yarn pneus discount alfortville et aussi pneu 974 vous pouvez aussi avoir un pneus discount vestric ou bien aussi un pneu pas cher 123 ou bien encore pneu euromaster Il es aussi possible d’avoir un pneus discount salaise egalement un pneu pas cher alfortville

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?