Accueil > Questions énergétiques > Accident de Fukushima > Pourquoi Fukushima ne sera pas Tchernobyl

Communication de crise

Pourquoi Fukushima ne sera pas Tchernobyl

dimanche 13 mars 2011, par PH

Depuis le 11 mars 2011 un accident a débuté la centrale de Fukushima Daïshi. Tandis que les services de communication, attendent de délivrer des nouvelles vérifiées et que les médias abusent de confusions et invitent des antinucléaires, www.energie-gouv.fr, va s’efforcer de d’expliquer au plus tôt les évolutions possibles d’un tel réacteur.

La sûreté intrinsèque des réacteurs à eau ordinaire

De quel réacteur parle-t-on ?

Il s’agit d’un réacteur à eau bouillante construit par General Electric et mis en service en 1970, il a une puissance de 439 MWe, ce qui est assez faible, la puissance des réacteurs français est comprise entre 900 MW (REP) et 1650 MW (EPR).

Dans de tels réacteurs, pour maintenir la réaction nucléaire, les neutrons ont besoin d’être ralentis. L’eau constitue le modérateur. Si la température augmente, par exemple, ou si l’eau vient à s’échapper, la réaction nucléaire s’arrête, car les neutrons ne sont plus ralentis et ils sont alors majoritairement absorbés par l’uranium 238. Il n’y a plus de réactions nucléaires. Le plus grand danger du réacteur provient maintenant de l’eau.

Nécessité d’un refroidissement

Les produits des réactions de fission (obtenus à partir de 235 U et 239 Pu) ne sont pas encore dans un état stable. Comme pour les radioéléments naturels, ils se désexcitent par émission de différents rayonnements. [1]
Cette radioactivité constitue un transfert d’énergie au milieu, sa puissance peut être évaluée entre 1% et 10% de la puissance électrique du réacteur. Dans notre cas, il faut évacuer entre 4 MW et 40 MW de puissance thermique.

Que se passe-t-il si le refroidissement n’est pas assuré ?

Dans un premier temps, l’eau se met à bouillir et la pression dans le circuit hydraulique augmente, il faut alors procéder à des rejets de vapeur très faiblement radioactifs.

Si on n’évacue pas assez vite la chaleur du cœur, un second palier est obtenu par la décomposition de l’eau en dihydrogène [2] et dioxygène constituant un mélange explosif

Enfin, , le cœur peut se mettre à fondre.

Nécessité d’une radioprotection

Lorsque le cœur fond, les produits de fission (PF) gazeux, comme les xénons et les kryptons sont libérés des gaines de combustible. Un certain nombre d’éléments solubles dans l’eau passent en phase aqueuse (iode, césium, brome)

- Les PF gazeux se dispersent assez rapidement.
- Les PF solubles forment des aérosols si la vapeur est libérée

La protection se fait par éloignement des populations et distribution de pastilles d’iode non radioactif.

Imaginons le pire

Si on refroidit le réacteur par l’extérieur, on obtient un solide radioactif à l’intérieur du réacteur ; sinon le cœur en fusion perce le fond du réacteur et il faut le laisser refroidir un peu plus longtemps. Dans tous les cas les produits de fission solides et les actinides mineurs, c’est à dire le reste de la radioactivité est piégé à l’intérieur de la centrale. On dissoudra ensuite le solide dans l’acide nitrique, pour récupérer l’uranium et le plutonium, les produits de fission et les actinides mineurs seront probablement vitrifiés.

Ce qui s’est passé à Fukushima :

Les réacteurs mis à l’arrêt suite au séisme de magnitude 9 (exceptionnel), ont subi une perte de refroidissement due d’abord au retrait de la mer, puis à une vague géante, qui a rendu inopérants des diesels de secours.

Il est grand le mystère de la foi ...antinucléaire

Ce qui s’est passé à Fukushima et à Tchernobyl :

À Tchernobyl, comme à Fukushima, , il y a eu une explosion chimique de dihydrogène :

- À Tchernobyl, l’explosion a eu lieu à l’intérieur du réacteur à pleine puissance.

- À Fukushima , l’explosion a eu lieu lors du relargage de vapeur à l’extérieur du réacteur à l’arrêt. De l’hydrogène a été produit dans le cœur, a explosé entre les deux enceintes : à l’heure où est écrit cet article, l’enceinte du réacteur résiste alors que le toit du bâtiment a disparu. En effet la structure du Hall n’était une structure légère, le confinement est plus proche du réacteur, sa structure intacte dépasse sur la photographie suivante :


La dispersion des radionucléides :

- À Fukushima : seuls quelques éléments solubles en phase aqueuse peuvent sortir du réacteur avec la libération de vapeur.

- À Tchernobyl, les éléments radioactifs solides du cœur ont été entraînés en altitude par un incendie qui a duré 8 jours. Cet incendie provenait de la combustion du graphite, dont la quantité totale atteignait 600 tonnes . Sans graphite, il n’y a pas d’incendie qui permet d’entraîner par convection des particules du coeur :
Comment les antinucléaires peuvent-ils assimiler les réacteurs REP et REB à des réacteurs RBMK, comme celui de Tchernobyl, c’est un grand mystère de la foi antinucléaire.

Conclusion : Tout ce qui ne tue pas, rend plus fort

On est en train de prouver que des centrales japonaises des années 70 peuvent confiner la majeure partie de leur radioactivité sans effets sanitaires pour les populations environnantes et ceci dans des conditions deux fois exceptionnelles : un séisme de magnitude 9 conjugué à Tsunami d’ampleur 2 à 3 fois supérieur à ceux qui étaient envisagés.

Contrairement à ce que dit le Réseau Sortir du Nucléaire, ce n’est pas une raison pour abandonner les filières nucléaires ; mais au contraire c’est un encouragement pour construire des centrales en bord de mer. Fukushima, n’est pas seulement un accident, mais aussi une épreuve que l’industrie nucléaire vient de surmonter.

L’accident de Fukushima sera analysé comme ceux de Three Mile Island et de Tchernobyl, il conduira à des centrales encore plus sûres.


[1Comme on le voit sur ce schéma (issu du site www.laradioactivité.com), les produits de fission n’ont pas une structure stable (courbe bleue)

[2L’eau se décompose aussi par oxydation des gaines en alliage de zirconium

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?