Accueil > Questions énergétiques > Déconstructions > Déconstruction du scénario mondial de Mark Z jacobson > Jacobson démenti par le gestionnaire de réseau texan dès 2015 entre (...)

Jacobson démenti par le gestionnaire de réseau texan dès 2015 entre autres

dimanche 23 octobre 2016, par PH

À la suite de l’article, sur la simulation du parc électrique français imaginé par le gourou californien Mark Z Jacobson ; celui-ci aurait éventuellement augmenté la part de production électrique à partir de centrales solaires à concentration. Elle est passée à 10% de la production électrique, il s’agit sur le terrain d’installer 2000 km2 de miroirs. De toutes façons, cela reste bien insuffisant puisque les déséquilibres de réseaux apparaissent majoritairement en hiver. Rappeler la simulation américaine était hors sujet.

Gene Nelson, responsable à ERCOT qui gère 75% du réseau électrique texan a laissé un message avec un lien vers le document attaché, il fait remarquer que :

- D’une part Jacobson a utilisé des facteurs de charges supérieurs à ceux mesurés par le NREL ,c’est à dire leur centre national sur les énergies renouvelables (officielles)

- D’autre part, dans l’étude de mai 2015, Gene Preston montre qu’un approvisionnement éolovoltaïque de 71 GW au Texas, nécessiterait un stockage de 50 GW pendant 14 jours. Naturellement Jacobson apporterait ces 50 GW d’autres parties des États-Unis , mais visiblement cela ne vient pas à l’esprit des gestionnaires de réseaux locaux. Plus généralement, comment ose-t-on dire que l’éolovoltaïque est une énergie locale ? Le Texas est un peu plus grand que la France et les résultats sont très voisins, comme publié ici, il manquait la même part de la puissance électrique pour le France : 80 GW pour une puissance électrique moyenne de 124 GW. Les simulations en France, montrent aussi qu’il faut de l’ordre de 15 jours de stockage.

Comme l’a mis en évidence la décision de construire Hinckley Point, les choix des décideurs sont très différents des délires des journalistes qui confondent l’égalité de deux fonctions avec celle de leurs intégrales.

Alexander Cannara, également à Stanford a rappelé les liens qui unit les partisans de l’éolovotaïque et les producteurs d’énergies fossiles. Il suffit de voir comme les premiers ne jurent que par les gaziers et les pétroliers. Ce qui n’est pas sans rappeler les propos de Gwyneth Cravens dans Pandora’s Promise.

Le simple fait que l’on entende parler que de Jacobson, alors que la majorité des écologistes américains qui s’intéressent au changement climatique, sont favorables au nucléaire, démontre combien l’opinion publique est victime de la pensée unique. Combien de temps faudra-t-il entendre que le nucléaire serait sale, qu’il ne serait pas renouvelable et que la voiture électrique ne serait pas si écologique ?

- 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?