Accueil > Questions énergétiques > Analyses critiques des politiques énergétiques > Le plus grand scandale financier depuis un siècle a eu lieu en (...)

On n’a pas dégonflé la bulle photovoltaïque !

Le plus grand scandale financier depuis un siècle a eu lieu en 2009

jeudi 22 juillet 2010, par PH

Ce que nous avions redouté dans le premier article de ce site

http://www.energie-crise.fr/spip.php?article1

, et qui devait se dérouler sur 10 ans, c’est malheureusement produit en une seule année, même quelques mois.

C’est à peine croyable : la Commission de régulation de l’énergie (CRE) vient de rendre public le nombre de contrats signés concernant la production photovoltaïque :

CRE PV

Les contrats qui devaient réaliser l’objectif délirant d’installation de 5,4 GWc pour 2020 ont pratiquement été signés en une seule année.

Et les contrats signés en 2009 bénéficient du tarif de rachat astronomique de 60 c€ par kWh.

En 2009, contrairement à 2008, les demandes d’ installations concernent peu les maisons individuelles (<3 kWc), mais de grandes installations : , hangars, grandes surfaces, granges, etc.... Elles ne bénéficient pas du crédit d’impôt. Le calcul du surcoût n’en n’est que plus facile :

5 GWc produisent à peine 5 à 6 TWh/an ( 5 à 6 milliards de kWh)

Le PV produit principalement en été, lorsque le courant est vendu hors taxe entre 3 et 8 c€. Le tarif de rachat est presque indéxé sur l’inflation.

Il y a au moins 42 c€/kWh de surcoût.

0,42 c€ : kWh sur au moins 5 milliards de kWh soit au moins 2,1 milliards d’euros 2009 ...pendant 20 ans.

Au moins 40 milliards d’euros 2009, c’est le coût de la moitié du parc nucléaire historique (63 GW, 400 TWh/an). Si on actualise tous les investissements de production d’électricité nucléaire années par année en euros 2009, on trouve moins de 80 milliards d’euros.

Le ministère (MEEDDM) avouait lui même dans un communiqué du 17 janvier 2010 que :

« L’engagement financier potentiel de cette bulle spéculative a atteint plus de 50 milliards d’euros sur 20 ans, et la prise en charge par la CSPE de cet engagement aurait nécessité un relèvement de plus de 10% du prix de l’électricité. »

Mais aucune mesure rétroactive n’a été prise, le ministère a cédé au lobby des énergies dites renouvelables.

Il ne reste plus beaucoup de moyen d’arrêter cette gabegie, on peut encore envisager :

- Une mobilisation populaire décourageant l’installation de panneaux photovoltaïques. Les installations photovoltaïques jouant le même rôle que les pigeonniers d’Ancien Régime, on peut rêver d’une nouvelle nuit du 4 août ...

- Une nationalisation des moyens de production. C’était inimaginable, il y a quelque temps, mais pourquoi, ce qui est arrivé au banques en 2008, ne serait pas possible pour la production d’électricité ?


Quand l’État s’en rend compte 14 mois plus tard :
http://www.energie-crise.fr/spip.php?article21

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?