Accueil > Questions énergétiques > Comprendre rapidement les questions énergétiques > ***Une démonstration irréfutable : pas de respect de nos engagements sur le (...)

Arrétons de tourner en rond. Jetons l’Ancre !

***Une démonstration irréfutable : pas de respect de nos engagements sur le climat sans plus de nucléaire en France.

mercredi 1er octobre 2014, par PH

Construire une vision de l’avenir.

Pour faire un scénario énergétique, il faut avoir un aperçu général des différentes sources d’énergies, il faut aussi prendre en compte les évolutions de la demande. Pour cela a été créé l’Ancre, l’alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie. Elle regroupe l’ensemble des organismes publics de recherche du domaine et travaille en concertation avec les pôles de compétitivité

L’Ancre a défini les trois politiques énergétiques suivantes :
Sobriété renforcée, est une réduction de la demande par une isolation thermique hors de prix et de la privation. Comme négaWatt, ce scénario viole probablement le paradoxe de Jeavons. La décarbonisation par l’électricité est plus réaliste en ce qui concerne la consommation d’énergie, on déploie des voitures électriques et des pompes à chaleur, enfin Vecteurs diversifiés consiste à tout mobiliser pour utiliser un peu moins de nucléaire, il faut avoir recours une exploitation excessive de la biomasse, et récupérer de la chaleur des centrales nucléaires restantes.

Les diktats politiques : irénisme et démagogie électorale

L’Ancre intègre les contraintes de la démagogie politique sur le prix du pétrole et la part du nucléaire. Elle prévoit un prix du pétrole dans le futur, qui ferait s’étrangler tout géologue sérieux (165$ le baril en 2050), sauf peut-être si les autres pays s’engagent eux aussi sur la voie une réduction de la consommation des énergies fossiles.

Les scénarios étudiés par l’Ancre respectent la descente à 50% de la production nucléaire dans la production d’électricité. L’Ancre s’interdit ainsi d’avoir recours à une vingtaine d’EPR supplémentaires. Au lieu de cet ajout de 30 GW nucléaires , qu’on envisage ailleurs ; il faut installer des centaines de gigawatts éolovoltaïques ainsi qu’une production thermique à partir de gaz, (s’il en reste assez en 2050). Comme nous l’avions déjà recalculé l’hypothèse de 50 % de nucléaire en 2025 coûterait 200 milliards d’euros.

Enfin, il faut aussi croire au Père Noël

Malgré ces hypothèses optimistes, le résultat n’est pas acquis,car l’Ancre indique qu’’il nécessite aussi

- un volontarisme politique
- la mobilisation de l’ensemble des acteurs
- des prix élevés de l’énergie, avec des impacts sociaux

Et surtout la faisabilité des scénarios est jugée très ambitieuse car

Pour chacun des scénarios , qui refusent l’augmentation de la capacité nucléaire, il est nécessaire de mettre en œuvre au moins une technologie de rupture pour atteindre le facteur 4.

Déployer ces nouvelles technologies nécessitera de lever de nombreux verrous technologiques

Il n’y a pas de démonstration plus claire : quelque soit la voie envisagée, sans construction de nouveaux réacteurs nucléaires, on n’atteint pas les objectifs en l’absence de technologies qui ne sont pas encore en œuvre et avec un coût social important. La conclusion est claire : construisons des réacteurs nucléaires pour sortir des fossiles, c’est bien plus réaliste.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?