Accueil > Questions énergétiques > Comprendre rapidement les questions énergétiques > L’éolien et le photovoltaïque n’ont aucun lien avec la demande (...)

L’éolien et le photovoltaïque n’ont aucun lien avec la demande électrique

jeudi 28 août 2014, par PH

Il est évident que l’éolien et le photovoltaïque même associés à l’hydraulique et à une production électrique à partir de biomasse, ne peuvent subvenir à la demande électrique d’un pays industriel comme la France. Le nucléaire est clairement indispensable, mais alors il faut se demander l’intérêt d’ajouter du photovoltaïque et de l’éolien.

L’information devient alors floue. La propagande du lobby éolovoltaïque n’hésite pas à se contredire, elle affirme que l’éolien est plus adapté à la saisonnalité de la consommation électrique puisque le vent souffle plus en hiver qu’en été ; puis ils n’hésitent pas à déclarer que le photovoltaïque et l’éolien s’associent judicieusement puisqu’ alors les productions mensuelles varient peu. Et lorsque les anti-éoliens y regardent de plus prêt, ils font remarquer que l’éolien souffle en hiver quand la température est douce et diminue lorsque la température descend à l’inverse de la consommation électrique.

Tout cela mérite donc une analyse quantitative plus précise. La production électrique a été collectée toutes les demi-heures en 2013. La consommation électrique de la France est en abscisses en MW. Elle varie au cours de l’année entre 30 000 et 90 000 MW (30 à 90 GW). Pendant cette même période la production des éoliennes et des panneaux photovoltaïques a varié entre 0 et 8000 MW (8 GW), et est représenté en ordonnées. 17520 points sont donc représentés

PDF - 437.7 ko

On remarque que l’éolien et le photovoltaïque n’assurent aucune production puisque tout au long de l’année, il y a des périodes d’une demi-heure où ils ne produisent pratiquement rien, les points sont proches du zéro. Cela contredit l’idée « qu’il y a toujours du vent quelque part ».

Sur le schéma, on peut distinguer quatre cas : en haut à droite, un jour de semaine en hiver, la demande électrique est élevée et le couple éolien-photovoltaïque contribuent à la satisfaire, de même, en bas à gauche, lors d’une nuit d’été la production est faible, comme la demande. En revanche, lorsqu’on considère les points en haut à gauche, il s’agit par exemple d’un week-end de printemps, la production est élevée lorsque la demande est faible, il faut alors diminuer la puissance de centrales nucléaires, ce qui est une absurdité. Enfin en bas à droite, il s’agit par exemple d’un froid soir d’hiver, la production photovoltaïque est nulle, l’éolien est faible, ils ne servent à rien alors que la demande est forte [1].
.
La question est maintenant de savoir quels cas sont les plus fréquents, on effectue alors une régression linéaire et le résultat est sans appel : la production du couple éolien-photovoltaïque ne varie pratiquement pas avec la consommation électrique (seulement 158 MW sur 60 000 !). La corrélation production consommation est donc nulle. On peut donc affirmer grossièrement que seule moitié de la production éolien-photovoltaïque est utile au réseau électrique. Économiquement, on devrai augmenter leur coût par deux pour tenir compte de leur utilité réelle. Maintenant, si on s’intéresse à leur potentialité, on remarque qu’elles ne peuvent éliminer que la moitié de la production thermique sans éliminer aucun moyen de production.

Le lobby éolovoltaïque pense ensuite avoir inventé les réseaux intelligents en imaginant qu’on va réguler la consommation pour l’adapter à leurs productions fluctuantes, alors que l’on fait cela depuis longtemps avec les heures creuses. Plus grand chose ne peut être déplacé.

Enfin, pour améliorer l’utilité de ces productions, il reste le stockage. Or les batteries sont tellement chères qu’on attendra de les avoir partiellement usée dans les voitures pour les placer dans les bâtiments. Ainsi comme on vendra une dizaine de milliers de voitures électriques en 2014, il faudrait attendre 2024 pour installer 10 000 panneaux photovoltaïques supplémentaires.

Déployer encore plus d’éolien et de photovoltaïque est une aberration aujourd’hui.


[1Les (faux) écologistes belges qui imaginent cet hiver éviter un blackout électrique avec des moulins à vent et photopiles se font des illusions

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?