Accueil > Questions énergétiques > Combat pour Fessenheim > Un réacteur de type Tchernobyl pour remplacer Fessenheim ?

Un réacteur de type Tchernobyl pour remplacer Fessenheim ?

vendredi 22 février 2013, par PH

La centrale de Fessenheim a eu l’autorisation de prolonger d’une autorité de sûreté la plus stricte.

Les opposants à la centrale de Fessenheim veulent la remplacer par une centrale à gaz.

Mais les antinucléaires qui vantent le gaz, sont aussi des adversaires du gaz de roche mère.

Il faudrait donc importer du gaz, les réserves les plus importantes de gaz se trouvent en Russie, en Iran et au Quatar.

La voie la plus simple pour alimenter une centrale est d’utiliser un des gazoducs qui passent par l’Allemagne comme le nouveau Noth stream.

Pour exporter plus de gaz vers les pays occidentaux, la Russie a engagé un des plus gros programme nucléaire au monde : la construction de 30 à 40 réacteurs.

Parmi les réacteurs qui pourrait être mis en service, il y a le réacteur de Koursk-5, ce réacteur est en construction depuis 1985. Il s’agit d’un réacteur du même type de ceux de la centrale de Tchernobyl : un RBMK.

Par rapport au réacteur de Fessenheim (REP), un RBMK a trois défauts :

- un coefficient de vide positif à faible puissance : dans un REP, si l’eau s’échappe du réacteur, il n’y a plus de modérateur et la réaction s’arrête, dans un RBMK, à faible puissance, c’est l’inverse et la réaction peut s’emballer.

- Une absence d’enceinte de confinement : Chacun de nos réacteurs est dans une enceinte de confinement muni d’un filtre à sable, dans un RBMK si le bouchon saute, le coeur est à l’air libre, comme on le rappelle ici :

- Dans un réacteur de type Fessenheim, le temps de chute des barres de contrôle qui pemettent d’arrêter la réaction est de l’ordre de 2 secondes, dans un RMBK, le temps de chute était initialement de 19 secondes et des améliorations doivent le ramener entre 2,5 et 7 secondes.

- Enfin, on rapporte que les normes de sécurité en France sont plus strictes qu’en Russie.

Fermer Fessenheim et des réacteurs en Europe occidentale encourage donc à ouvrir des réacteurs beaucoup moins sûr ailleurs. Dans la pénurie fossile dans laquelle nous entrons, les prix du gaz élevés et la fermeture de Fessenheim encourageraient les autorités Russes à finir Koursk-5

C’est étrange, les antinucléaires ne manifestent pas contre le programme nucléaire russe, ni contre les importations de gaz.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?