Accueil > Questions énergétiques > Désinformation manifeste > Les sites de désinformations sur l’énergie > énergie-gouv.fr démonte energeia, le site de référence des antinucléaires

énergie-gouv.fr démonte energeia, le site de référence des antinucléaires

samedi 22 septembre 2012, par PH

Le site energeia est le successeur de futura24, toujours le même style accompagné d’illustrations du peintre Jérome Bosch. Le niveau scientifique semble assez bas. La production du site correspond, en effet, à la réutilisation de données partielles. Avant internet, on aurait parlé de recueil de coupures de presse. Le but est de fournir des tableaux de chiffres, pour avoir l’air sérieux afin de servir de référence aux membres des lobbies éolien et photovoltaïque qui interviennent sur les forums.

La technique d’energeia est d’isoler des périodes pendant lesquelles l’évolution va dans le sens voulu par le lobby. Ainsi le nucléaire qui a subi une pause entre 1986 et 2003 puis une exclusion géographique dans un petit nombre de pays pendant un renouveau mondial peut être particulièrement victime de ce traitement. Malgré 250 projets de réacteurs dans une cinquantaine de pays, voici ce que titre energeia :

« Réacteurs nucléaires mis en service : 2011-2015 »

« Production électrique nouvelle 2011-2015 : éolien et solaire dépassent le nucléaire »

« Comparatif : nucléaire, éolien et solaire dans le monde
Chaque année depuis 2006, la production d’électricité ajoutée par les nouvelles éoliennes dépasse de beaucoup celle ajoutée par les nouveaux réacteurs nucléaires. En 2011, le solaire photovoltaïque a lui aussi dépassé le nucléaire en production ajoutée.
 »

Il est assez facile de répondre à toutes les illusions de energeia :

« L’Allemagne peut se passer du nucléaire français »

Ceci est vrai aujourd’hui , mais est totalement faux à long terme, dans un système sans nucléaire et sans renouvelable, le réseau électrique allemand dépend d’importations d’électricité. Si on lit la plupart des scénarios du ministère de l’environnement allemand (BMU), l’Allemagne aujourd’hui exportatrice deviendrait importatrice à hauteur de 12 GW moyen :

« Soixante ans de subventions au nucléaire »
« Sans subventions, le nucléaire n’aurait jamais pu se développer pour la production d’électricité. Aujourd’hui, il n’est toujours pas viable sans subventions directes ou indirectes, face à d’autres moyens de production moins coûteux. »

Il est exact que le nucléaire réclame plus de compétences scientifiques , mais en France le budget du CEA (1 G€) est largement couvert par le produit des taxes (autour de 5 G€) ; alors que l’éolien et le PV perçoivent des subventions déguisés sous la forme d’obligation d’achat et de tarif réglementé au-dessus du prix de l’électricité nucléaire.

« Les 58 réacteurs nucléaires de trop en France
(...). Ces réacteurs doivent et peuvent être remplacés par des moyens de production d’origine renouvelable, pour des raisons de sécurité, d’indépendance énergétique et d’efficacité économique. »

Que de mensonges : un moyen de production d’électricité programmable comme le nucléaire, ne peut pas être remplacé par le bouquet PV+éolien. Comme l’a écrit la CRE et comme nous l’avons rapporté ici, on se dirige vers un surcoût de 5 G€/an pour l’éolien et le PV, c’est une gabegie : c’est une efficacité économique négative.

« Nucléaire et prix de l’électricité
Une forte proportion d’électricité nucléaire n’a pas de lien direct avec le prix de l’électricité en Europe. Le prix de l’électricité est l’un des plus élevés en Belgique, malgré un taux élevé (51%) d’électricité nucléaire.
 »

Et oui, on peut avoir de l’électricité bon marché lorsqu’on est un pays très fourni en hydroélectricité ou lorsqu’on utilise allègrement du charbon et on peut avoir de l’électricité chère lorsque le gouvernement se sert su la rente nucléaire en taxant l’électricité.

« Une sortie du nucléaire au Japon
Le Japon peut se passer d’électricité nucléaire, aussi bien l’hiver que l’été, comme le montre une analyse de la production d’électricité au cours des douze dernières années. »

Cela montre seulement que le Japon peut importer plus d’énergie fossile pour faire de l’électricité. Le Japon a augmenté ses importations d’énergie fossiles pratiquement de la quantité de gaz importée par la France pour pallier seulement à l’arrêt de ses réacteurs nucléaires.

« Allemagne : nucléaire, fossiles, renouvelables
Depuis dix ans en Allemagne, la sortie progressive du nucléaire s’accompagne d’une forte progression des énergies renouvelables dans la production d’électricité alors que la part des combustibles fossiles reste stable ou diminue.
 »

Cela montre surtout qu’en dix ans l’éolien n’a pas atteint le tiers de la production nucléaire pourtant minoritaire.

« Électricité, CO2, GES et nucléaire
La production d’électricité contribue pour moins d’un quart des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine (GES anthropiques). Doubler le nombre de réacteurs et la production d’électricité nucléaire aurait un effet marginal sur les gaz à effet de serre tout en augmentant de façon très importante les risques encourus. »

Oui c’est pour cela qu’il faut multiplier par 8 le parc nucléaire dans les pays industrialisés et en Asie, en suivant l’exemple français. La france est le pays qui a ouvert la voie d’une énergie nucléaire sans risques.

« L’électricité nucléaire en déclin
La production d’électricité nucléaire est en déclin relatif depuis 2004, passant de 16,0% à 12,3% en 2011 de la production mondiale d’électricité. Elle est en déclin absolu en 2011 et le sera encore en 2012.
 »

Et oui, la crainte injustifiée dans l’atome ou le manque de savoir faire a conduit à construire des centrales thermiques au charbon.

« Electricité : l’éolien moins cher que le nucléaire »
« L’électricité d’origine éolienne est devenue moins chère à produire que celle provenant des réacteurs nucléaires actuels, en construction ou en projet. »

Cette phrase est vraiment ridicule : on ne peut pas comparer une électricité de si piètre qualité , que celle fournie par les éoliennes à l’électricité programmable d’un réacteur nucléaire. Et puis si c’était vrai, il suffirait à l’éolien de se faire racheter au tarif du marché ? Allez ! On annule l’obligation d’achat et l’éolien se vend en économie de marché, chiche ?

« Coût des nouveaux réacteurs nucléaires : trop chers, trop tard »

En effet, la construction de réacteurs demande un certain délai, surtout lorsque les amis du responsable du site, ont provoqué en France, la fermeture du plus grand surgénérateur du monde. Mais un modèle identique sera construit en Russie, le BN-1200. Les surgénérateurs doivent fournir une électricité moins chère que le tarif de rachat de l’électricité irrégulière produite par l’éolien terrestre (8c€/kWh) ou marine (18 c€/kWh) ou photovoltaïque (30 à 60 c€/kWh), tout en augmentant le stock de matière fissile.

C’est dans cette article que ce trouve une des perles d’energeia  :
les auteurs en confondant le prix en $ au MWh et le prix en c$ au kWh ou n’ayant pas détectée cette confusion, n’hésitent pas à écrire que l’électricité produite par l’AP 1000 coûterait 34 c$/kWh ! L’article est reproduit ici comme energeia propose de l’imprimer :

PDF - 28 ko

energieia pense donc que les ingénieurs de Westinghouse seraient capables au pays de la libre entreprise de concevoir un réacteur proposant une électricité sortie de centrale électrique à 10 fois le prix du marché, et surtout trois à quatre fois plus chère que le prix au compteur !

Lorsqu’on ne maîtrise pas les ordres de grandeurs physiques ou économiques, inutile de publier sur l’énergie.

« D’autres documents sont en préparation sur le thème du nucléaire :

Pénurie d’uranium en 2014, avec la fin du programme de transformation de l’uranium militaire hautement enrichi (HEU) en uranium d’usage commercial (LEU) pour les réacteurs nucléaires. »

Il est évident qu’avec les contrats à long terme et des constructions de réacteurs qui durent plusieurs années, les ingénieurs du nucléaire l’ont déjà anticipé.

« - Renaissance et déclin du nucléaire. »

Compte-tenu de la succession de crises pétrolières, dans lesquelles nous sommes rentrées, ce sera plutôt déclin et renaissance du nucléaire

Comment les antinucléaires ont-ils pu gober tant d’âneries, sans effectuer la moindre vérification ?


Voir en ligne : http://energeia.voila.net/nucle/nuc...

Messages

  • Dans un site internet aussi bien conçu, les posts de ce genre doivent être vite ajouté à vos favoris.

    pneu occasion bordeaux fait pneu pas cher 87 ?Quelle est les Degrif Pneu pneu 195 60 r15 étaient Si mon pneu pas cher courbevoie sien pneu pas cher michelin !!
  • Ben j’ai vu le site en question et le mec de la crise ne sait pas lire.

    Pour le coût du nucléaire US, c’est vrai, cela coûte beaucoup plus cher avec des entreprises privées qu’avec des entreprises publiques. Les banques n’appliquent pas les mêmes taux d’intérêt pour les crédits.

    C’est pourquoi le nucléaire a coûté moins cher à construire en France, quand EDF était 100% public, comme les ancêtres d’AREVA. Les banques n’avaient aucun risque, l’Etat rembourse toujours.

    Enfin, beaucoup de choses précises et exactes sur le site critiqué. Que cela ne plaise pas au mec de la crise n’y changera rien.

  • Ah, j’oubliais.

    La peinture du site en question n’est pas de Jérome Bosch.

    Faut se cultiver dans la vie.

    Et le site est tout compte fait plus sérieux que celui de la crise.

    • Pour le site initial, futura24.voila.net, c’est bien un détail du jardin des délices de Jérome Bosch. Sur le nouveau site, le panneau a peut-être changé ; sinon, en effet, il aurait dû être seulement spécifié qu’ il s’agissait toujours de la peinture flammande.

      Vous pensez donc qu’un site qui confond électricité fatale et électricité programmable est sérieux...energieia prédit aussi une pénurie d’uranium pour 2014, alors qu’on a expliqué ici que nous avions plusieurs années de stocks en réenrichissant l’uranium appauvri. Rendez-vous l’an prochain.

  • En cherchant bien, on retrouve le document de la Commission de l’électricité de Californie 2010 cité par Energeia.

    Cela concerne des centrales électriques devant être mises en service en 2018.

    Extrait du tableau de la page 20 - Table 5 : Summary of Average Levelized Costs—In-Service in 2018 (page 38 du pdf).

    In-Service Year = 2018 (Nominal 2018 $) / Size / Merchant / IOU / POU
    - / MW $/kW-Yr $/MWh ¢/kWh / $/kW-Yr $/MWh ¢/kWh / $/kW-Yr $/MWh ¢/kWh

    Nuclear Westinghouse AP1000 (2018) / 960
    1139.56 342.41 34.24 / 1929.55 273.07 27.31 / 1171.66 166.85 16.68

    On lit très bien pour le coût de l’électricité nucléaire avec un AP-1000 :

    - Merchant : 342,41 dollars le MWh ou 34,24 cents le kWh
    - IOU : 273,07 dollars le MWh ou 27,31 cents le kWh
    - POU : 166,85 dollars le MWh ou 16,68 cents le kWh

    Ce sont bien les coûts mentionnés par Energeia. Renseignez-vous avant de critiquer.

    Merchant = fournisseur privé, marché entièrement libre
    IOU = fournisseurs d’électricité possédés par des investisseurs privés, mais avec des garanties de l’état (Californie ici)
    POU = fournisseurs d’électricité possédés par des investisseurs publics (entreprises publiques)

    Les IOU et surtout les POU ont des frais financiers plus faibles que les merchant.

    Les POU ne font pas de bénéfices (pas d’actionnaires à rétribuer) et ne faisant pas de bénéfices n’ont pas d’impôts à payer.

    Si vous êtes si fort, vous retrouverez bien cette étude de 186 pages.

    • Lorsqu’on comprend, on n’a pas besoin de « s’informer ». Visiblement ni vous, ni le rédacteur de energeia ne maîtrisez les ordres de grandeurs, ni les relations entre les chiffres, vous avalez n’importe quelle information qui vous semble favorable, sans esprit critique.

      Il ne s’agit pas d’une étude de l’Etat de Californie, comme le prétend energeia, mais d’une étude menée par des personnels du service de l’énergie de cet état. Cette étude n’a pas été validée, dansla dernière version de décembre 2009, il est rapporté une réunion du 25 août 2009, dans laquelle l’étude est discutée : SCE rappelle qu’on s’intéresse à des sources d’électricité de natures différentes, ce que vous et energeia devraient prendre en considération.

      La ligne sur le coût actualisé et moyennée de l’AP 1000 est totalement incohérente : le coût annuel augmente et le coût au kWh diminue lorsqu’on se déplace dans la ligne ! Compte-tenu des facteurs de charges et des durées de vie, la comparaison des coûts au kW et au kWh, n’est pas cohérent avec celui de l’éolien offshore.

      Dans le tableau 22 : on retrouve des données réalistes : un peu moins de 4€ le watt en investissement , 85% de facteur de charge , 147 $/kW de frais de fonctionnement et 5$/MWh de coût de combustible. Avec un taux d’intérêt commercial (8% réel). Cela nous donne un coût de 80 $ /MWh les 20 premières années et autour de 30 $ pour les 40 années qui suivent.

      L’auteur de l’étude, imagine que le coût au watt va augmenter pour le nucléaire et baisser pour l’éolien offshore, ce sont des hypothèses sans fondement : Il faut 5 fois plus d’acier au watt pour l’éolien offshore par rapport au nucléaire.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?