Accueil > Questions énergétiques > Comprendre rapidement les questions énergétiques > nucléaire ou isolation thermique qui a provoqué des cancers en France (...)

PENSER LA TECHNIQUE

nucléaire ou isolation thermique qui a provoqué des cancers en France ?

lundi 23 juillet 2012, par PH

Le suivi médical des agents du CEA extrapolé à tout le milieu nucléaire permet d’estimer de le nombre de décès par cancer dû à l’Atome en France, à une centaine de cas en 26 ans. Il regrettable que ce chiffre ne soit pas nul, mais il faut remarquer que les services de radioprotectionn’ont réduit que progressivement les dose maximales admissibles, passant de 150 mSv/an avant 1968, à 50 mSv/an, puis à 20 mSv/an. Moins de 2000 personnes reçoivent une dose comprise entre 6 mSv/an et 20 mSv/an aujourd’hui.

En fait même en prenant en compte ces décès, le bilan du programme nucléaire sera d’avoir sauvé des vies et préservé la santé : au début des années soixante-dix, EDF s’apprêtait à couvrir la France de centrales à charbon. La plupart des journalistes qui communiquent sur les dangers illusoires de l’Atome et ne rendent pas compte de ce à quoi nous avons échappé [1]. En effet, nous ne faisons fonctionner que quelques centrales à charbon pendant l’hiver ; mais c’est déjà suffisamment sensible pour provoquer des pics de pollution, car la combustion de tout combustible fossile entraîne la formation d’oxydes d’azote et de poussières. Les difficultés respiratoires se font sentir, par exemple, le nombre de maladies respiratoires comme les bronchiolites augmentent.

L’isolation thermique est aussi un gisement énergétique, n’entendez-vous répéter parfois bêtement : la première source d’énergie et celle que l’on ne consomme pas.

Un acte peut avoir des conséquences à long terme, c’est sur ce point que les antinucléaires attaquent le nucléaire, même si les ingénieurs de ce secteur raisonnent sur des échelles de temps suffisamment longues.

Alors observons les conséquences des deux techniques engagées dans les années soixante et soixante-dix : l’isolation qui est équivalent à une production de l’ordre 200 TWh thermiques par an et le nucléaire qui produit un peu plus de 400 TWh électriques. Malgré les doses reçues dans le passé, le nucléaire est responsable d’une centaine de décès par cancers. Alors quel’isolation est responsable d’un des plus grand scandale sanitaire du siècle dernier : 20 000 cancers causés par l’amiante.
Un des calorifugeages qui se révéleront plus dangereux que l’Atome

Pourtant, les journalistes jettent l’opprobre sur le milieu nucléaire ; tout en applaudissant négaWatt. Les auteurs de négaWatt devraient assumer ce scandale sanitaire, puisqu’il jettent l’opprobre sur les partisans de l’Atome. Au contraire, il n’y a aucune honte à s’afficher pour l’isolation.

- N’est-ce pas la même technique ? On parle bien du nucléaire, pourquoi ne pas parler de l’isolation ?

- Parce qu’aujourd’hui, on a des isolants plus évolués, qui n’ont rien à voir avec ...euh... qui sont différents [2].

- Et bien les REP français ce sont des réacteurs dont la sécurité a été réévaluée après l’accident de TMI, alors que les réacteurs de Fukushima sont restés au niveau du début des années soixante-dix, comme ... l’amiante. Est-ce si difficile à comprendre ?

Est-ce si difficile de comprendre que chacun de nos réacteurs (REP) peut se refroidir à l’aide d’un seul de ses générateurs de vapeur, comme on l’a vu au Blayais ; alors qu’à Fukushima 1 une commande électrique a interdit le refroidissement par le tore.
L’absence d’électricité fera cesser le refroidissement, impossible sur un réacteur français.

Est-ce si difficile de comprendre que la vapeur produite au niveau du générateur de vapeur peut actionner un petit turboalternateur constituant une source de courant en cas de défaut d’alimentation électrique ?

Est-ce si difficile de comprendre qu’il a toujours prévu de refroidir un REP depuis l’extérieur, et qu’il est prévu de le faire encore plus rapidement à l’aide de la force d’action rapide nucléaire ; alors qu’à Fukushima, les secours ne sont pas arrivés à temps.

Est-ce difficile de comprendre que les REP possèdent des recombineurs passifs d’hydrogène, alors qu’à Fukushima, il y a eu une explosion d’hydrogène ?

Est-ce si difficile de comprendre que dans les REP, le combustible et les recombineurs d’hydrogène se trouvent à l’intérieur du enceinte ou d’un bâtiment en béton armé ?

Est-ce difficile de comprendre que tous les REP possèdent un filtre à sable qui retient entre 90 et 100% des aérosols en cas d’accident ?

Est-ce si difficile de comprendre que la sécurité du réacteur 1 de Fukushima, de conception Mark I de General Electric construit là à la fin des années soixante, est différente, de celle des autres réacteurs de Fukushima construits par Hitachi et encore plus différente de la sécurité nos réacteurs REP qui a été repensée après l’accident de Three Miles Island ?

Ceux qui se drapent derrière la morale pour condamner le nucléaire dans notre pays devraient avoir un peu plus de retenue.


[1Une enquête du Lancet de 2007 donne 25 morts par accident ou maladie respiratoire pour un TWh électrique produit par une centrale à charbon, si on estime que nous aurions consommés 6000 TWh au lieu de 8000 TWh, le nombre de victimes aurait été de 150 000

[2ce sont des fibres

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?