Accueil > Questions énergétiques > Déconstructions > Analyse du scénario négaWatt > Chez NégaWatt, la terre ment aussi.

SIXIÈME PARTIE

Chez NégaWatt, la terre ment aussi.

LYSSENKO TOUJOURS VIVANT ?

vendredi 13 juillet 2012, par PH

La biomasse est la première ressource du scénario négaWatt 2011, elle passerait de 150 à 450 TWh entre 2010 et 2050. Un telle ressource sans exploitation intensive comme le propose négaWatt est-elle possible ?

Un jeune ingénieur agronome spécialisé dans la ressource ligneuse a fait l’analyse du scénario sur le blogImposteurs, nous en donnons un résumé :

Pas assez de bois

La ressource forestière en s’appuyant sur l’inventaire forestier national, on remarque d’abord qu’il manque déjà 12% de la ressource en bois de forêt (14 Mm3 sur 120 Mm3) et cette ressource sera encore plus faible avec le réchauffement climatique.

Non seulement, il manque du bois par rapport à la ressource forestière réelle, mais l’exploitation de la totalité de la ressource nécessiterait de tripler les prix du bois pour exploiter les zones les plus difficiles (de 34 à 100€/m3). C’est à dire que le prix du bois énergie rejoindrait celui du fioul en 2012. Enfin la réalité sociale empêche aussi d’imposer aux propriétaires une telle augmentation de la production forestière. Le surplus de production forestière économiquement possible est de 53 TWh : 20 Mm3 au lieu de 58 mM3. (154 TWh)

NégaWatt surestime aussi le bois récupérable, avec un taux réaliste de récupération des déchets de scieries, il manque encore 7 mM3.

On arrive à un déficit physique de 21 Mm3 et si on se limite à une exploitation économiquement raisonnable le déficit passe à 45 Mm3.

Il manque non seulement des mètres cubes de bois , mais aussi des hectares !

En divisant la consommation de viande par deux et en passant la moitié des surfaces en agricultures biologique, négaWatt prétend libérer 5 à 8 millions d’hectares ; or en prenant en compte les rendements réels de l’agriculture biologique, il ne reste plus que 2 millions d’hectares.

Une production de méthane illusoire

NégaWatt propose de produire 143 TWh de biogaz à partir de ressources qu’on ne peut mobiliser.

On ne peut spolier la terre d’un amendement organique : recueillir 20% des résidus de cultures est illusoire. La récolte des couverts du sol pour la méthanisation est incompatible avec l’agriculture écologiquement intensive. Enfin négaWatt veut utiliser pour la méthanisatipon de l’herbe qui est destinée aux ruminants ; or ce qu’oublie négaWatt, mais ce que remarque les français en période de sécheresse, c’est que cette ressource est irrégulière.

Le potentiel raisonnable de production de biogaz en France est estimé à 3,5 Mtep soit 40 TWh (ce serait dix fois la production de 2012) . Il manque donc encore 100 TWh.

En admettant que l’évaluation de la ressource en biomasse liquide a été faite correctement, l’erreur de négaWatt sur le potentiel serait de 136 à 200 TWh sur 450 TWh. Pour des ingénieurs, c’est une erreur énorme. Et compte-tenu des propositions de gestion de la surface agricole, on peut se demander, en effet , s’il y a un ingénieur agronome chez négaWatt.

La production de biomasse que recquiert négWatt nécessiterait une approche industrielle.

Tout d’abord, il faudrait cultiver les animaux en élevage hors-sol pour récupérer le purin pour faire du biogaz. Ensuite, il faudrait cultiver des plantes à croissances rapides, comme le miscanthus, l’herbe à éléphant, sur 1,5 millions d’hectare pour assurer la ressource en biomasse solide et il faudrait 2,5 millions d’hectares de culture de maïs au lieu de 0,6 pour assurer la ressource en biogaz. Enfin, il faudrait 4 à 5 millions d’hectares sur les biocarburants. On arrive donc a un total de 8 à 9 millions d’hectares pour des cultures énergétiques, alors que la surface agricole utile est de 29 millions d’hectares et que la forêt en recouvre 16. Ce serait une emprise considérable, alors que les besoins dans négaWatt sont sous-estimés d’au moins 20%. Le scénario négaWatt est irréaliste


Si négaWatt est délirant ; l’Atome préserve le territoire

Un scénario qui s’appuierait sur le nucléaire et la biomasse, ne nécessiterait que 2 millions d’hectares de cultures énergétiques et 10 nouvelles centrales nucléaires (0,002 million d’hectare)


Voir en ligne : L’analyse de négaWatt par un ingénieur agronome

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?